Lancé il y a quelques jours, l'Observatoire indépendant de la publicité propose de lutter contre le «greenwashing», cette fâcheuse habitude à utiliser des arguments environnementaux pas toujours justifiés pour vendre des produits.

Ecoblanchiment


L'Observatoire indépendant de la publicité propose depuis quelques jours de lutter contre certains annonceurs publicitaires qui usent et abusent de l'argument environnemental de manière parfois très ambigüe. Plus connu sous le nom d'écoblanchiment ou  "greenwashing" du côté Anglo-saxon, cet argument écologique devient de plus en plus incontournable pour vendre un produit.

Publicité vs protection de l'environnement
C'est pour lutter contre cette tendance que vient d'être créé par l'Alliance pour la planète, une coalition d'ONG de protection de l'environnement (Greenpeace, Planète urgence, WWF…) l'Observatoire indépendant de la publicité (OIP). Cet observatoire permettra au grand public et à des spécialistes de l'écologie de passer au peigne fin et d'évaluer la pertinence des nouvelles campagnes publicitaires du moment. 

«Il ne s'agit pas de sombrer dans la publiphobie et la dénonciation, tient à préciser Jacques-Olivier Barthes, qui suit l'opération au sein de l'Alliance. Le but de cet observatoire est de proposer une grille d'évaluation objective des publicités et de permettre au grand public de comprendre comment des abus peuvent être commis.» Chaque mois, une série de campagnes seront notées par le public, les internautes et par les membres de l'OIP pour classer les publicités selon certains critères. L'Observatoire espère jouer un rôle aux côtés de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), organisme d'autorégulation de la profession. En attendant le premier classement le 3 mars prochain, six campagnes sont soumises à la notation. Il faut souligner que seules les évaluations des membres de l'Observatoire seront prises en compte dans le classement officiel, même si les notes du public seront également mentionnées.

Rendez-vous le 3 mars pour avoir les rsultats du palmarès…

Source : Le figaro